Num_riser0002Au moyen âge on croyait aux prédictions, et de nos jours, bien des personnes sacrifient aux préjugés. Un chroniqueur du milieu du XVIe siècle, contemporain de Charles VIII, de Louis XII et de François Ier, raconte qu'un jour, sous le règne de Louis XI, le duc Louis d'Orléans (qui fut depuis Louis XII) se trouvait aux environs de Plessis-lez-ToursPlessis-lez-Tours dans un château appartenant à un des gentilshommes fidèles à sa cause, lorsque la châtelaine lui annonça qu'une vieille femme voulait le voir à tout prix.
- Elle a quatre-vingts ans et passe pour sorcière dans le pays, dit la châtelaine avec émotion.
Le duc, curieux de connaître son avenir, fit venir la devineresse en sa présence.
Et quand la vieille se trouva devant lui, levant un doigt fatidique, elle lui raconta tout ce que lui réservait sa destinée.
Le jeune duc écouta dans le plus profond silence les paroles de la devineresse, et les grava dans sa mémoire.
- Et, ajouta le chroniqueur, tout ce qu'elle lui avait prédit arriva de point en point.
- Tu seras roi ! s'était écrié la vieille.
La prédiction se réalisa, comme on le sait.

-------------------------

Un des courtisans du sage Alphonse V, roi d'Aragon, s'avisa de soutenir en sa présence qu'il avait lu dans l'histoire qu'un certain roi d'Espagne disait que la science ne convenait nullement aux gens de qualité, et qu'il est indigne de leur rang de s'y appliquer. "Vous vous trompez, dit Alphonse en l'interrompant, ce n'est pas un roi qui l'a dit, mais un âne."

-------------------------

Henri IV passant par une petite ville, il vint plusieurs députés au-devant de lui pour le haranguer ; d'abord un d'entre eux ayant commencé son discours, un âne qui était à vingt pas de là se mit à braire. Henri IV dit alors : "Messieurs, parlez chacun à votre tour, s'il vous plaît, je n'entends pas."

-------------------------

Un professeur de rhétorique lisait à ses écoliers l'Oraison funèbre du maréchal de Turenne, par Fléchier. Un écolier, qui avait senti les beautés de ce discours, dit malignement à son camarade : "Quand pourras-tu en faire autant ? - Lorsque tu seras Turenne" répondit l'autre.