Un jour, le fils du protestant Calas, de Toulouse, fut trouvé pendu. Aussitôt la rumeur publique accusa le père d'avoir assassiné son propre fils parce qu'il voulait se faire catholique. Calas fut condamné, sans preuves, au supplice de la roue et exécuté (1762). Voltaire qui voyait là l'odieux résultat de l'intolérance religieuse entreprit de faire éclater l'innocence de Calas et, après bien des démarches, il obtint sa réhabilitation en 1768.

Ferney, le 27 mars 1762.

marcantoinecalasMonsieur le Comte d'Argental(1)

Vous me demanderez peut-être pourquoi je m'intéresse si fort à ce Calas qu'on a roué ; c'est que je suis homme, c'est que je vois tous les étrangers indignés, c'est que tous vos officiers suisses(2) protestants disent qu'ils ne combattront pas de grand coeur pour une nation qui fait rouer leurs frères sans aucune preuve.
Je me suis trompé sur le nombre des juges, dans ma lettre à M. de La Marche(3). Ils étaient treize, cinq ont constamment déclaré Calas innocent. S'il y avait eu une voix de plus en sa faveur, il était absous. A quoi tient donc la vie des hommes ? A quoi tiennent les plus horribles supplices ? Quoi ! parce qu'il ne s'est pas trouvé un sixième juge raisonnable, on aura fait rouer un père de famille ! On l'aura accusé d'avoir pendu son propre fils, tandis que ces quatre autres enfants crient qu'il était le meilleur des pères ! Le témoignage de la conscience de cet infortuné ne prévaut-il pas sur l'illusion de huit juges, animés par une confrérie de Pénitents blancs qui a soulevé les esprits de Toulouse contre un calviniste ? Ce pauvre homme criait sur la roue qu'il était innocent ; il pardonnait à ses juges, il pleurait son fils auquel on prétendait qu'il avait donné la mort. Un dominicain, qui l'assistait d'office sur l'échafaud, dit qu'il voudrait mourir aussi saintement qu'il est mort. Il ne m'appartient pas de condamner le Parlement de Toulouse ; mais enfin il n'y a eu aucun témoin oculaire ; le fanatisme du peuple a pu passer jusqu'à des juges prévenus. Plusieurs d'entre eux étaient Pénitents blancs ; ils peuvent s'être trompés. N'est-il pas de la justice du roi et de sa prudence de se faire au moins représenter les motifs de l'arrêt ? Cette seule démarche consolerait tous les protestants de l'Europe, et apaiserait leurs clameurs. Avons-nous besoin de nous rendre odieux ? Ne pourriez-vous pas engager M. le comte de Choiseul à s'informer de cette horrible aventure qui déshonore la nature humaine, soit que Calas soit coupable, soit qu'il soit innocent ? Il y a certainement, d'un côté ou de l'autre, un fanatisme horrible, et il est utile d'approfondir la vérité...

VOLTAIRE

(1) Un grand ami de Voltaire
(2) Au XVIIIe siècle de nombreux Suisses servaient encore dans l'armée royale
(3) Ancien président du parlement de Dijon