Nous empruntons l'anecdote suivante aux Mémoires de l'abbé de Choisy, dans lesquels on trouve tant de détails piquants sur la vie du roi Henri IV :
Un jour, un ambassadeur d'Espagne, causant avec Henri IV, lui disait qu'il eût voulu connaître ses ministres, pour s'adresser à chacun d'eux suivant son caractère.
"je m'en vais, lui dit le roi, vous les faire connaître tout à l'heure." Les ministres étaient dans l'antichambre en attendant l'heure du conseil. Le roi manda le chancelier Sillery et lui dit : "Monsieur le chancelier, je suis fort en peine de voir sur ma tête un plancher qui ne vaut rien, et qui menace ruine. - Sire, dit le chancelier, il faut consulter les architectes, bien examiner toutes les choses, et y faire travailler s'il est besoin ; mais il ne faut pas aller si vite."
Le roi fit entrer M. de Villeroy, et lui tint le même discours. Celui-ci répondit, sans regarder seulement le plancher : "Vous avez grand'raison, sire : cela fait peur."
Aprés qu'ils étaient sortis, entra le président Jeannin, qui à la même question répondit fort différemment : "Sire, dit-il au roi, je ne sais pas ce que vous voulez dire ; voilà un plancher qui est fort bon. - Mais, répondit le roi, ne vois-tu pas là-haut des crevasses ? ou j'ai la berlue. - Allez, allez, sire, votre plancher durera plus que vous."
Quand les trois ministres furent sortis, le roi dit à l'ambassadeur : "Vous les connaissez maintenant. Le chancelier ne sait jamais ce qu'il veut faire ; Villeroy dit toujours que j'ai raison ; Jeannin dit tout ce qu'il pense, et pense toujours bien ; il ne me flatte pas comme vous voyez."