Le glorieux maréchal Junot avait gardé, comme beaucoup de ses compagnons de la grande époque, le culte des souvenirs de son enfance. Il aimait à revoir Montbard et Bussy-le-Grand, entre deux victoires.
Un jour qu'il se promenait sur la place publique de sa ville natale avec des camarades de son tout jeune passé retrouvés là, il rencontra un vieillard, mis à l'ancienne mode - habit à basques et jabot de dentelle - qui marchait à pas comptés et s'arrêtait, d'instant en instant, pour prendre une prise dans une tabatière d'argent. Courir à lui, lui sauter au cou fut, pour le duc d'Abrantès, l'affaire d'un moment.
"Mon maître, mon cher maître ! s'écria-t-il.
- Qui êtes-vous ? fit le magister en retraite, interloqué du bel uniforme et des chaudes effusions.
- Voyons, rappelez-vous, répondit bonnement le maréchal. Je suis le pire de vos anciens élèves !..."
L'honnête professeur réfléchit un peu, pas beaucoup :
"Seriez-vous, ce petit cancre de Junot ?...
- Lui-même, répartit le duc d'Abrantès, qui félicita, avec sincérité et gaîté, son vieux maître de sa bonne mémoire."