15 avril 2011

Le jugement de Ravaillac

Ravaillac, après son arrestation et sa mise au cachot en l'Hôtel de Retz, ne témoigna aucun regret. Il était très calme, ironique même, répondant sans trouble au président Jeannin, à MM. de Loménie et de Bullion venus pour l'interroger. La justice voulait savoir qui avait armé le bras et quels étaient les noms des complices. Ravaillac, ayant agi seul, ne put que dire la vérité, mais cette vérité ne satisfaisait personne. On le menaça, on l'adjura, on le pria, au nom de Dieu, de la loi, de sa mère. Il connut des dizaines... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 janvier 2010

Derniers instants de la reine Marie-Antoinette - 16 octobre 1793

Marie-Antoinette naquit à Vienne le 2 novembre 1755 ; elle était fille de François 1er, empereur d'Autriche, et de Marie-Thérèse, reine de Hongrie et de Bohême, femme énergique, courageuse, d'un beau et noble caractère.Marie-Antoinette épousa le Dauphin, depuis Louis XVI, en 1770. Elle fut écrouée à la prison du Temple le 13 août 1792, avec sa famille, et mourut sur l'échafaud le 16 octobre 1793.Le 3 octobre, la Convention décida que le tribunal révolutionnaire s'occuperait immédiatement du procès de la reine ; ce procès dura deux... [Lire la suite]
14 janvier 2010

L'omelette

Le 6 avril 1794, pendant cette période sanglante de la Révolution qu'on a appelé la Terreur, un homme, vêtu d'une veste grossière et coiffé d'un bonnet de laine, entrait, pour y chercher refuge, dans une carrière ouverte, à Clamart, aux environs de Paris.Ce fugitif était de haute taille. Il avait la tête grosse, les épaules larges, le corps robuste. Mais ses jambes étaient grêles, ses mains fines, son teint pâle. Il ressemblait plutôt à un écrivain ou à un artiste, qu'à un rude travailleur des champs ou des ateliers. Son costume... [Lire la suite]
13 novembre 2009

L'affaire Calas

Un jour, le fils du protestant Calas, de Toulouse, fut trouvé pendu. Aussitôt la rumeur publique accusa le père d'avoir assassiné son propre fils parce qu'il voulait se faire catholique. Calas fut condamné, sans preuves, au supplice de la roue et exécuté (1762). Voltaire qui voyait là l'odieux résultat de l'intolérance religieuse entreprit de faire éclater l'innocence de Calas et, après bien des démarches, il obtint sa réhabilitation en 1768. Ferney, le 27 mars 1762. Monsieur le Comte d'Argental(1) Vous me demanderez... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
12 août 2009

L'assassinat de Louis d'Orléans

Au mois de novembre 1407, nombre de bourgeois de Paris étaient inquiets. Une ardente rivalité opposait en effet, dans la capitale, les deux plus grands princes du royaume : le jeune, beau, séduisant et fastueux Louis de France, frère du roi et duc d'Orléans, et le petit, lourd, laid, jaloux et sans scrupules Jean sans Peur, duc de Bourgogne.Depuis plusieurs années, c'était, en fait, Louis d'Orléans qui gouvernait la France au nom de son malheureux frère, Charles VI, devenu fou. La reine Isabeau de Bavière, petite brune aux grands yeux... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 avril 2009

Assassinat de Kléber le 14 juin 1800

Soleyman-el-AlepiSoleyman-el-Alepi, expédié de Gaza par l'aga des janissaires de l'armée ottomane, après avoir traversé le désert, arrive au Caire, et se loge à la grande mosquée Eléazar. Il en sortait tous les jours pour épier le moment de commettre le crime dont il s'était chargé. Le quarante-deuxièmequarante-deuxième jour après son départ de Gaza, au moment où le général Kléber se promenait avec M. Protain, architecte, sur la terrasse du jardin du quartier général, Soleyman le perça de quatre coups de poignard.M. Protain, voulant... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 octobre 2008

Le jugement de Ravaillac

Jean-François Ravaillac, naquit en 1578 dans la cité d'Angoulême. Sa jeunesse se passa entre son père ivrogne - qui perdit bientôt sa place de greffier près du maire, pour ne vivre que de mendicités - et sa mère, née Dubreuil de Fontreau, pieuse femme qui confia l'éducation de son fils à ses oncles maternels, messires Nicolas et Jean Dubreuil, chanoines de la cathédrale.François Ravaillac passa une partie de son adolescence auprès des religieux qui lui inculquèrent la haine du roi de Navarre, cet hérétique, ce Huguenot dont les... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 16:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 mars 2008

La mort du général Charette

François-Athanase Charette de la Contrie, chef vendéen, se mit à la tête des paysans du Poitou soulevés contre la Convention. Il prit part au siège de Nantes et de Luçon. Son plus beau fait d'armes est la prise du camp républicain de Saint-Christophe, en 1794 ; mais, en 1796, le général Hoche détruisit entièrement sa petite armée."Le glorieux vaincu arrivait à Nantes le 27 mars. Conduit devant le général Duthil, il fut lâchement injurié par cet officier, indigne de porter l'épaulette. Charette se borna à lui répondre :... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 février 2008

Le 9 Thermidor - Mort de Robespierre - 27 juillet 1794

Le 9 thermidor, les tribunes de la Convention sont pleines dès cinq heures du matin. La séance commence à dix heures. Tallien, un poignard à la main, s'écrie : "J'ai vu hier la séance des Jacobins ; j'ai vu se former l'armée du nouveau Cromwel, et je me suis armé d'un poignard pour lui percer le sein, si la Convention n'avait pas le courage de le décréter d'accusation."Robespierre veut parler. Quelle n'est pas sa surprise, quand lui qui, la veille, d'un seul signe faisait frissonner ses collègues et envoyait qui il voulait à... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 12:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 février 2008

Meurtre de Jean Sans Peur

Lorsque le duc de Bourgogne fit assassiner le duc d'Orléans pour se débarrasser d'un adversaire gênant, il ne se doutait pas qu'un jour on lui appliquerait cette maxime - peu chrétienne- mais qu'on mettait volontiers en pratique dans ces temps barbares : comme il t'a fait, fais-lui.Livré à des conseils pernicieux, le Dauphin Charles, qui fut depuis Charles VII, se laissa entraîner à un crime qui pèsera toujours sur sa mémoire. Sous prétexte de se réconcilier avec le duc de Bourgogne et de s'unir à lui pour combattre l'ennemi commun,... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,