Par Melle Clarisse Juranville
02 avril 2014

Trait de courage d'un médecin militaire

En 1799, l'armée française qui était en Syrie, sous les ordres du général Bonaparte, fut attaquée par la peste. Les malheureux qui étaient atteints de cette horrible maladie devenaient un objet de répulsion pour leurs camarades, et étaient abandonnés sans soins.Desgenettes, le médecin en chef de l'armée, était persuadé que le maladie n'était pas contagieuse et il voulut faire passer cette conviction dans l'esprit des soldats. Un jour que le général Bonaparte faisait une visite à l'hôpital des pestiférés de Jaffa, Desgenettes... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 février 2014

La loi des trois frères

Chaque fois que trois frères se sont succédé sur le trône de France, il y a eu un changement de dynastie. Et ce fait s'est répété trois fois : Philippe IV a laissé pour successeurs ses trois fils : Louis X (1314), Philippe V (1316) et Charles IV (1322). Avec ce dernier prince la dynastie directe des Capétiens meurt et, après lui, commence celle des Valois. Henri II a trois fils, qui lui succèdent à tour de rôle : François II, Charles IX, Henri III. Les Valois s'éteignent avec ce dernier roi. Trois Bourbons renouvellent encore ce... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
12 janvier 2013

Une découverte

La reine Marie de Médicis, épouse de Henri IV, qui était très gourmande, avait amené d'Italie son confiseur favori, le florentin Pastilla. Pastilla avait pour principale occupation de fabriquer du matin au soir des pastilles (bonbons qui avaient pris son nom) au chocolat, à la rose, à la vanille, aux fruits, à l'héliotrope, à l'angélique.Ces friandises firent fureur à la cour et, bien que Pastilla eût déjà sa fortune, faite grâce aux Médicis qui le protégeait, il n'en amassa pas moins l'or à pleines mains dans la capitale de la... [Lire la suite]
24 mai 2011

L'origine du proverbe : un charbonnier est maître chez lui

François Ier s'étant égaré à la chasse, entra, vers les neuf heures du soir, dans la cabane d'un charbonnier. Le mari était absent, il ne trouva que la femme accroupie auprès du feu. C'était en hiver, et il avait beaucoup plu. Il demanda une retraite pour la nuit et à souper. L'une et l'autre lui furent accordés ; mais à l'égard du souper, il fallut attendre le retour du mari. En attendant, le roi se chauffa, assis sur une mauvaise chaise, qui était l'unique de la maison. Vers les dix heures arrive le charbonnier, las de son travail,... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:48 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 février 2011

La machine à écrire et les Souverains

Voici une nouvelle qui mettre la mort dans l'âme de tous les collectionneurs d'autographes de souverains : la plupart des princes régnants se servent aujourd'hui de la machine à écrire, et son usage tend, de plus en plus, à se généraliser dans les cours.C'est ainsi que le roi de Grèce dactylographie toutes ses lettres ; il les signe, cependant de sa plume.La reine Alexandra d'Angleterre est aussi une familière du "piano qui imprime, comme disait Edmond de Goncourt.Le roi Edouard fait dactylographier son courrier, et parfois,... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 janvier 2011

Fénelon au bal

Fénelon fut archevêque de Cambrai et précepteur du duc de Bourgogne, fils de Louis XIV, joignait à une austérité rigide, une bonté et une douceur qui le faisaient aimer de tout le monde.Un jour, alors qu'il se trouvait à Amiens, sa bourse, qui était bien véritablement celle des pauvres, se trouva épuisée par les libéralités qu'il avait faites sans compter aux malheureux qui s'étaient adressés à lui. Et le bon archevêque était désolé d'être quelque temps dans l'obligation de refuser de nouveaux secours à ceux qui viendraient maintenant... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 septembre 2010

La méprise du Capitaine Infernet

Ce jour-là, le 1er mai 1806, le capitaine Infernet, commandant de l'Intrépide, au service de Sa Majesté l'empereur Napoléon, était d'un nervosité telle qu'il ne se reconnaissait plus lui-même. Songez donc ! Il devait incessamment être présenté au souverain, dans la grande salle d'audience du palais de Saint-Cloud, par l'amiral Decrès, ministre de la Marine, qui lui avait fait obtenir cette rare faveur en récompense de sa belle conduite à la bataille navale de Trafalgar.Aussi ne demeurait-il pas ne place, dans la chambre d'hôtel où il... [Lire la suite]
07 septembre 2010

Nuance

Le comte Charles de Bombelles, qui devint le troisième mari de l'impératrice Marie-Louise, était le fils d'un français émigré.Son père, revenu en France avec les Bourbons était entré dans les ordres à soixante-cinq ans après la mort de sa femme, et bien qu'il fût père de nombreux enfants.Son ascension fut rapide. A soixante dix neuf ans il était sacré évêque d'Amiens.Mais sa situation de prêtre et de... père de famille n'allait pas sans causer parfois quelques surprises.Un jour, à une réception officielle Mgr. de Bombelles arrive... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 janvier 2010

Les îles fantômes

Le 13 juillet 1831, un navire anglais qui venait de l'île de Malte et faisait route entre la Sicile et la côte tunisienne eut connaissance d'épaisses fumées qui semblaient sortir de la mer, au-delà de l'horizon.Comme aucune terre n'existe dans la direction supposée, le commandant, intrigué, décida d'aller voir ce qui se passait par là. Peu de temps après, à sa grande stupéfaction, ainsi qu'à celle de tout l'équipage, il reconnut la présence d'une île.Il en fit le tour, la mesura. Elle avait quatre mille huit cents mètres environ de... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 août 2009

La fondation de Marseille

Vous avez dû souvent entendre parler de Marseille, port sur la Méditerranée, ville très important, ayant aujourd'hui près de quatre cent mille habitants. Eh bien, je vais vous raconter l'histoire gracieuse de sa fondation.L'an 600 avant J.-C., un marchand phocéen, Euxène, aborde sur la côte gauloise à quelque distance de l'embouchure du Rhône. Il était sur les terres du chef des Ségobriges (1), Nann, qui reçut bien l'étranger et l'invita au festin des fiançailles de sa fille.Suivant la coutume de ses peuples, la jeune vierge... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,