19 mars 2010

Le caporal Parcimonie

Dans les "dépôts" de l'armée, où se reposent les soldats revenus du front, où s'entraînent ceux qui devront y aller, la gaîté française ne perd jamais ses droits. Témoin l'anecdote suivante qui eut pour cadre un dépôt très proche de la ligne de bataille.Un matin l'officier de jour dit au caporal d'ordinaire (celui qui est chargé des vivres) :"Caporal, il faudrait que vous fassiez la soupe avec un peu de parcimonie, nous dépensons trop d'argent."Le caporal ne sait pas que "parcimonie" signifie... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 juillet 2007

Oradour-sur-Glane

La guerre est longue, inhumaine. En 1944, les Allemands, partout en France, savent déjà que la partie est perdue. Le repli commence. Le 10 juin 1944 est un samedi pluvieux. Une date qui restera à jamais dans l'histoire comme celle du plus monstrueux des crimes commis pendant ces années de cruauté. C'est le 10 juin 1944, qu'à lieu la destruction totale du petit village d'Oradour-sur-Glane. Et le massacre de tous ses habitants. Le 10 juin 1944 à 6 h 30 du matin, le premier tramway s'arrête à l'entrée d'Oradour-sur-Glane, un petit... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 juin 2007

Contributions de guerre

En 1815, le général comte de Bübna vint un jour trouver M. de Lavalette, maire de Grenoble, à la tête de tout son état-major"Monsieur le maire, lui dit le général autrichien, je viens vous annoncer que votre ville est frappée d'une contribution de guerre de 40,000 francs." Le maire de se récrier, observant que la ville n'avait pas d'argent, et que du reste les alliés y étant entrés en vertu d'un traité, ils n'avaient pas le droit de se livrer à de pareilles exactions. "Monsieur le maire, reprit alors le comte de Bübna en prenant une... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,