Une religieuse qui vécut au XVIII° siècle (1732-1798), fut une voyante très célèbre.
D'après elle, la Révolution était l'ouverture du dernier âge de l'Eglise sur la terre. Elle présume que les grandes scènes qui précéderont la catastrophe finale auront pour théâtre l'Europe catholique, et surtout l'Italie et la France.
"Examinant, écrit-elle, à la faveur de cette lumière divine, le siècle qui doit commencer en 1800, je vis que le Jugement n'y était pas et qu'ainsi le siècle ne serait pas le dernier considérant ensuite le siècle suivant jusque vers sa fin, Notre-Seigneur me mit en doute si ce serait vers la fin de ce siècle, ou dans celui qui commence l'an 2000 qu'arriverait le Jugement ; en sorte que s'il arrive dans le siècle de 1900, ce ne sera que vers la fin, et qui si ce siècle s'écoule tout entier, le suivant ne passera pas avant qu'il arrive, ainsi que je l'ai vu dans la lumière de Dieu."
Et elle ajoute :
"Je considérai attentivement, et je jugeai qu'il ne restait plus qu'environ deux heures au soleil (1)."
Elle prédit encore :
"Longtemps avant que l'Antéchrist arrive, le monde sera affligé de guerres sanglantes. Les peuples  s'élèveront contre les peuples, les nations contre les nations, tantôt divisées et tantôt unies pour combattre, pour ou contre le même parti... Outre cela, je vois que la terre sera ébranlée en différents lieux."
Donc, des guerres et des tremblements de terre ; nous en revenons toujours là. Et ceci longtemps avant que l'Antéchrist n'arrive.

(1) Baron de Novaye : "Les deux heures qui restent au soleil, au monde, depuis la fin du XVIII° siècle, combien signifient-elles d'années ? Si une heure représente un siècle, la fin du nôtre ou les premières années du deuxième millénaire verront la fin du monde."